En quoi consiste le débistrage d’une cheminée ?

En quoi consiste le débistrage d’une cheminée ?

La cheminée doit être régulièrement entretenue pour maintenir son efficacité et garder ses performances. L’opération d’entretien la plus connue est le ramonage. Cependant, cette dernière ne marche pas à tous les coups et impose le recours à des techniques comme le débistrage. Qu’est-ce que le débistrage ? Comment réaliser le débistrage d’une cheminée ?

Qu’est-ce que c’est que débistrer une cheminée ?

Après un certain temps d’utilisation de la cheminée, des bistres et suies peuvent apparaître dans ses conduits non isolés. Le bistre est une substance chargée de particules de carbone et d’huile qui s’oxyde au contact de l’air. Le dépôt de cette substance dans la conduite d’une cheminée est très dangereux.

Il est donc indispensable de nettoyer régulièrement la cheminée. Débistrer une cheminée consiste donc à enlever les résidus de combustion présents dans sa conduite. Le débistrage de la cheminée est réalisé avant son tubage pour éviter tous risques d’inflammation.

Étant une opération dangereuse, il est conseillé de le confier à des professionnels du domaine à l’instar de  TERRIER RAMONAGE.

Pourquoi et quand réaliser le débistrage d’une cheminée

Le débistrage de cheminée n’intervient que si la cheminée commence par montrer des signes irréguliers.

Débistrage d’une cheminée : Pourquoi ?

La bistre ressemble à du goudron durci et est chargée de particules s’oxydant au contact de l’air. Sa présence dans la cheminée étant dangereuse, il est nécessaire qu’il soit constamment nettoyé. Le dépôt du bistre peut être causé par plusieurs facteurs, à savoir :

  • Un conduit mal isolé ou dimensionné : la bistre est issue de la condensation d’un choc thermique ;
  • Un conduit surdimensionné : l’encrassement du conduit pouvant entraîner le dépôt de la bistre ;
  • Un combustible trop humide ou un feu mal allumé ;
  • Le refroidissement des fumées.

À quel moment faire débistrer une cheminée ?

Il est nécessaire de faire le débistrage d’une cheminée dans deux cas de figure. La cheminée doit être débarrassée avant toute installation de tubage quand il s’agit d’un conduit maçonné. Cela permet d’améliorer l’isolation, l’étanchéité et d’éviter l’encrassement.

Le débistrage devient également une opération obligatoire lorsque le ramonage (opération la plus applicable aux cheminées), n’est plus suffisant. En réalité, lorsque le goudron devient très durci, le hérisson glisse dessus au lieu de le gratter. C’est alors que l’application du débistrage devient obligatoire.

Comment faire le débistrage d’une cheminée ?

Pour enlever les dépôts de bistre d’un conduit de cheminée, il faut suivre un certain nombre de conseils et pratiques. Il existe deux techniques de débistrage, applicables en fonction de l’importance des dépôts de bistre : l’utilisation d’une poudre chimique spéciale débistrage ou simplement d’une débistreuse.

Comment faire le débistrage avec une poudre chimique spéciale débistrage ?

Cette solution est appliquée quand le dépôt de bistre dans le conduit de la cheminée n’est pas important. Elle peut donc être appliquée à une poêle à granulés ainsi que d’autres appareils de cette nature. Cette poudre a pour fonction de ramollir la bistre et de la rendre friable et cassante. Pour appliquer cette technique, il suffit de renverser la poudre sur le dépôt de bistre dans le conduit.

Utilisation d’une débistreuse pour débistrer une cheminée

Cette technique est utilisée quand le dépôt de bistre dans le conduit de la cheminée est très important. Il s’agit d’une machine électrique présentant une tête à masselottes. Vous pouvez trouver tous les avis nécessaires sur cet équipement dans le guide d’achat en ligne.

Pour faire la débistrage, on utilise cette débistreuse qui grâce à l’action rotative de sa tête percute le conduit. Cela fait tomber la bistre, il ne reste donc qu’à la ramasser et à nettoyer l’intérieur du conduit. Après cela, un ramoneur doit vérifier l’étanchéité de la cheminée avant la pose du tubage pour éviter les problèmes post-opératoires.

Post Comment